A propos de l’exposition

"Souvenirs de Syrie" par Alain HOMSI

du 24 au 28 mars à la Maison d'Europe et d'Orient à Paris

 

Lieux d'enfance et quartiers chrétiens

Qaymaria_smallSe qualifiant lui-même de « français et syrien », Alain Homsi est un photographe qui revendique sa double culture et œuvre à la découverte de son pays natal dans sa patrie d’adoption. Né à Damas, cela fait 19 ans qu’Alain Homsi vit en permanence en France. Il conserve cependant des souvenirs inoubliables de la Syrie, notamment du quartier historique chrétien où il a effectué toute sa scolarité.
Quand il retourne dans son pays, ce n’est pas des quartiers modernes, qui l’ont pourtant vu grandir, qu’il est nostalgique, mais bien de cette vieille ville à l’atmosphère si particulière. Il aime y retourner et ressentir l’impression de ville close immuable, où les gens semblent vivre de la même manière depuis toujours. Ils possèdent bien voitures et portables, mais paraissent laisser toutes ces choses à l’entrée de la vieille ville. Cette dernière est comme un havre préservé de la modernité. Ce sont donc en partie ces endroits qu’il aime photographier.

 

Sednaya_smallAlain Homsi a étudié dans les écoles chrétiennes de Damas. Il déplore les clichés sur la Syrie et les pays du Moyen-Orient, autour du fait religieux et des différentes communautés, qui consistent à penser que tous les pays arabes sont musulmans et vice versa. Il est conscient de l’absence de perception des pays occidentaux des différentes communautés chrétiennes vivant dans son pays toujours actuellement.

C’est une des réalités qu’il voulait montrer par ses photos : la présence bien réelle d’une communauté chrétienne, certes minoritaire, mais pas en voie d’extinction, vivant sereinement sa religion tout en préservant la langue du Christ, et habitant la Syrie depuis avant même l’arrivée des Arabes. Il met donc en lumière certains monuments chrétiens très importants, lieux emblématiques de cette communauté.

 

L'esprit et le style

Masjed_small
Quand on lui demande ses références, Alain Homsi cite volontiers les photographes Cartier-Bresson et Doisneau, sans pour autant les ériger en modèle. Il retient d’eux une manière de travailler, qu’il a lui-même appliquée à ses photographies : n’utilisant pas de matériel sophistiqué, il est parvenu à capter des scènes de vie discrètement sans que les gens le considèrent comme un professionnel, ce qui aurait modifié leur comportement. On peut voir sur ces images beaucoup de lieux sans personnage, car il n’a pas voulu de regards directs vers son appareil. Les gens n’ont donc pas posé et certains n’avaient même pas conscience de sa présence, s’intégrant ainsi parfaitement à l’endroit.

 

 

Bosra_smallJeune, c’est le métier de réalisateur qui l’attirait. Il a obtenu le diplôme de l’École Supérieure de Réalisation Audiovisuelle de Paris et a commencé à travailler en tant que monteur, réalisateur, chef opérateur et journaliste reporter d’images pour la télévision. Ce n’est qu’ensuite qu’il a opéré un retour aux sources vers la mise en scène et ce à travers la photographie. En effet, à part quelques clichés pris sur le vif, il a pris le temps pour ces séries de composer ses images. Cela donne des images graphiques, jouant sur les perspectives, les différents plans. La période de l’année choisie pour ce travail, décembre-janvier, est la meilleure pour une visite de la région sans chaleur excessive. Elle présente aussi l’intérêt d’une lumière ensoleillée, mais beaucoup moins écrasante qu’en été.

Conclusion

talis_smallCette exposition n’est pas militante, mais elle est a pour but de présenter les lieux chers à Alain Homsi, pour lesquels il a beaucoup d’affection et de nostalgie, et qui pour bon nombre d’entre eux n’existent plus tels qu’il les a connu du fait de la tragédie que vit actuellement le pays. Le photographe souhaiterait susciter le désir, chez son spectateur, de sauver la Syrie, ce qu’il en reste et les habitants. En effet, selon lui, s’il y a peu de temps, on pouvait encore dire de la Syrie : « C’est beau », on en est aujourd’hui réduit à dire : « C’était beau ».

 

Ainsi, dès le début des événements dramatiques en Syrie, Alain Homsi s’est investi pour la cause syrienne en participant à la création du groupe de bénévoles « Mobiliser pour la Syrie ». Plusieurs événements ont été organisés, dont un marché de Noël solidaire au profit des enfants syriens, pendant lequel ont été présentées les photographies d’Alain Homsi. Le public s’est montré réceptif en en achetant quelques unes. S’est alors posée la question de l’exposition des photographies et du lieu d’accrochage, résolue grâce à la maison d’Europe et d’Orient, réceptive au projet d’Alain Homsi. Les clichés sont également en vente à l’occasion de cette exposition, tous les bénéfices étant naturellement reversés au profit de la cause des enfants syriens victimes des événements dramatiques actuels.

Vernissage lundi 24 mars 2014 de 19h00 à 22h00 - (Réservation conseillée)
Email : exposition.homsi@gmail.com - Téléphone : 06 28 32 32 45

Visites du mardi 25 mars au vendredi 28 mars 2014, de 10h à 13h et de 14h à 18h (visite guidée sur RV)
Adresse : Maison d’Europe et d’Orient (MEO) : 3, passage Hennel (accès par le 105 avenue Daumesnil) - Paris 12ème Métro : Reuilly Diderot / Gare de Lyon. Site www.sildav.org - Téléphone : 01 40 24 00 55